48% des cantines bio pèsent leurs déchets alimentaires. Et la vôtre ?

Le gaspillage alimentaire est pris très au sérieux. Plus d’infos dans le rapport 2018 de l’Observatoire national de la restauration collective bio et durable.

Comment manger mieux, bio et local, sans dépenser plus ? Et surtout, comment converger vers une alimentation qui prend soin de ses convives, de ses cuisiniers et de la réalité des ressources ? Réponse : en réduisant le gaspillage alimentaire, pardi !

En 2018, les 2700 cantines qui ont renseigné l’enquête annuelle de l’Observatoire de la restauration collective bio et durable étaient 48% à avoir mis en place des programmes de pesées des restes alimentaires. Trop de denrées cuisinées, plats peu appréciés, portions servies inadaptées… les sources du gaspillage, comme les solutions à envisager, sont nombreuses. Parmi ces dernières figurent en bonne place l’adaptation des grammages, la mise en place d’un self-service, la pesée des déchets, la prévention et la sensibilisation, la création de tables de tri, l’organisation de repas « zéro déchet », une meilleure évaluation des besoins, la réduction du nombre de composantes d’un menu…

Cette année, l’Observatoire lance sa deuxième enquête qui invite tous les acteurs de la restauration collective engagée vers plus de bio et de local à renseigner leurs pratiques. Cette collecte de données donnera lieu à un nouveau rapport national, publié à l’automne prochain et présenté à Paris le 21 novembre 2019.

Leave a Reply

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.