Autonomie alimentaire : les régies agricoles se multiplient en ville

Près du Havre, la commune de Gonfreville-l’Orcher souhaite mettre en culture un joli bout de friche aux portes de la ville. Le projet est ficelé, les budgets validés. Il ne manque plus qu’un(e) jardinier (ère) prêt(e) à se lancer dans cette nouvelle forme d’agriculture municipale.
regie gonfreville

Située entre deux quartiers habités, la réserve foncière municipale de Gonfreville-l’Orcher s’étend sur cinquante hectares.

Produire ses propres légumes lorsque l’offre locale et régionale s’avère insuffisante ? Après les expériences de Toulouse (31), Mouans-Sartoux (06), Ungersheim (68), et les Monts Jura, c’est au tour de la commune de Gonfreville-l’Orcher (Seine-Maritime), bientôt 10 000 habitants, de répondre aux enjeux de l’autonomie alimentaire par la création d’une régie agricole. Le but : fournir en légumes bio la restauration collective tout en créant un élan local propre à dynamiser d’autres acteurs. « Un premier essai n’avait pas abouti en 2011, faute de personnel ressource dédié, résume le chargé de mission Simon Desmarest, mais le maire Jean-Paul Lecoq a souhaité remettre en mouvement ce projet qui s’inscrit dans une logique de développement du territoire en lien avec les communes voisines. »

regie 1

Une agriculture municipale demande des agriculteurs « publics ».

Depuis la rentrée de septembre 2016, Gonfreville et quatre villes alentour ont en effet choisi de s’associer pour faire des cantines un levier de la commande publique. Le marché alimentaire a été l’objet d’un groupement d’achat mutualisé divisé en tranches, passant de six à dix-huit lots. Chaque commune émet une partie des appels d’offres. Ici les fruits et légumes, là les produits laitiers, là encore la viande ou l’épicerie… « On a saucissonné ce marché de sorte que les multinationales de l’agroalimentaire ne s’y intéressent pas », résume avec malice le chargé de mission. En revanche, la taille du groupement d’achat est susceptible d’intéresser les producteurs et transformateurs locaux qui, autrement, ne se seraient pas engagés. Joies et subtilités de l’approvisionnement dans le cadre contraint des marchés publics…

« Nous souhaitons trouver un professionel averti qui aura la capacité de développer progressivement la régie. » Simon Desmarest, chargé de mission.

La régie agricole de Gonfreville-l’Orcher se situe entre deux quartiers de la ville : pour le moment, une belle prairie toute plate d’une cinquantaine d’hectares qui jouxte un parcours de golf. Propriété municipale candidate à la renaissance, le sol de cette plaine au climat humide et relativement doux est réputé fertile selon les agriculteurs du pourtour. Reste à recruter la personne suffisamment expérimentée qui saura mettre en valeur son potentiel. « À ce jour nous avons reçu seulement sept candidats dont quatre n’ont aucune expérience, or nous souhaitons rencontrer un professionnel averti qui aura la capacité de développer progressivement la régie », dit Simon Desmarest. L’autre fonction de l’agriculteur communal sera de faire le lien avec un chantier d’insertion, volet social et solidaire du projet collectif. Pour finaliser son approche, la commune n’est pas seule, elle peut compter sur l’appui d’un « Espace test agricole », structure inédite créée par l’agglomération du Havre pour aider les candidats à l’installation à se faire la main sur certaines cultures avant de passer à l’acte. La raison ? Beaucoup de maraîchers locaux sont partis à la retraite et de nombreux savoir-faire se sont perdus. La régie agricole de Gonfreville-l’Orcher viendra aussi combler cette lacune.

regie MS

Les élus de Gonfreville se sont inspirés directement du modèle de la régie de Mouans-Sartoux, ville à la population presque équivalente (10 000 hab).

2 comments to Autonomie alimentaire : les régies agricoles se multiplient en ville

  • Sophie HG

    Bonjour, cet article est très intéressant. Pouvez-vous donner quelques idées ou suggestions pour infléchir la politique communale quand le maire ne souhaite pas vraiment mettre en place ce type de restauration et se contente de saupoudrage ?

    • Unplusbio

      Continuez à porter la parole citoyenne, faites-vous entendre, organisez des journées thématiques, téléchargez et diffusez le guide pratique des parents en page d’accueil de notre site. Bref, continuez de porter vos valeurs au coeur de votre territoire 🙂

Leave a Reply