La folle journée des Victoires à Paris !

Des chiffres surprises sur la bio à la cantine, la venue de la secrétaire d’État qui s’engage à soutenir les actions, des lauréats de Victoires enchantés d’être distingués pour leurs beaux efforts. Et aussi des beaux débats, du rythme, de la chaleur et des émotions ! Le cru 2017 des rencontres de Paris est un grand succès.

Une partie des nombreux invités venus participer à la présentation du rapport de l’Observatoire de la restauration collective bio et durable et la cérémonie des Victoires des cantines rebelles 2017… ainsi qu’au buffet servi dans le superbe salon Arcades de l’Hôtel de ville de Paris.

Un moment clé de la matinée : Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, est arrivée à midi pour annoncer deux choses précieuses : le soutien financier aux travaux de l’Observatoire et l’accompagnement d’une opération nationale impulsée par Un Plus Bio pour valoriser les protéines végétales en restauration collective et dont vous reparlera bientôt : « Les cantines prennent de la graine. »

Brune Poirson entre Stéphane Veyrat et Gilles Pérole, respectivement directeur et président d’un Plus Bio.

Et les lauréats des Victoires 2017 sont…

Victoire du collectif citoyen remise à la Cantine du Village de Saint-Lô (Manche), une audacieuse initiative de création de cantine bio et locale par des parents en attendant que les élus veuillent bien prêter une oreille attentive et passer à l’action ! Marraine engagée : Émily Loizeau.

Victoire du cuisinier engagé : Hugo Dereymez, chef de la cantine de Nogaro (Gers), plus de 40% de bio, venu avec le maire Christian Peyret. Cyril Dion a remis le trophée au lauréat. C’est la deuxième fois qu’il s’engage aux côtés d’Un Plus Bio pour soutenir les initiatives qui changent la donne.

Victoire de la collectivité « plus de 5000 repas par jour » remise à la ville de Nîmes. Ici Valérie Rouverand, élue en charge de l’éducation, le chef Arnaud Daguin,  parrain qui a remplacé au pied levé Thierry Marx retenu à la dernière minute et Anne-Sylvie Charmasson, la technicienne qui veille sur le fonctionnement des cantines de la cité romaine (30% de bio, dont 40% de local).

Victoire de la collectivité « entre 1000 et 5000 repas par jour » remise à la ville de Millau (Aveyron), l’élue Sylvie Ayot et le chef de cuisine motivé Julien Aigouy, sous le parrainage de Julie Andrieu, ambassadrice de charme du bien manger à la ville comme au petit écran !

Victoire de la collectivité « moins de 1000 repas par jour » décernée à la ville de Briançon, la plus haute ville d’Europe déjà nominée en 2016 pour sa belle progression vers le bio et le local. Un trophée remis par Jean-Paul Capitani, président des éditions Actes Sud et créateur d’un potager bio de cinq hectares accolé à l’école alternative qu’il a co-fondée avec sa femme et ministre de la culture Françoise Nyssen, du côté d’Arles.

A l’heure du déjeuner, dans les étages de l’hôtel de ville. Grégory Gendre, le maire de Dolus d’Oléron, échange avec la chanteuse Émily Loizeau, à propos de l’affaire McDo qui électrise l’île d’Oléron en ce moment. La firme veut implanter un restaurant sur le territoire où la mobilisation et les élus lui opposent le bio et le local à la cantine !

Le sénateur Joël Labbé, l’un des rares élus de l’hémicycle qui fait avancer le bio et la fin des pesticides en France. Il est à l’origine de la loi zéro phyto adoptée au début de l’année, qui bannit l’usage des produits chimiques dans les espaces publics des 36000 communes du pays. Chapeau bas.

Le comédien Philippe Harel, venu faire la promo du spectacle de sa femme Marcelline l’Aubergine ou les aventures d’un légume issu d’une semence hybride F1 non reproductible et qui crie sa rage de devoir disparaître sans descendance…

Plus de 120 personnes ont assisté aux débats de la journée. Des élus, des techniciens, des responsables d’entreprises, des chargés de mission, des porteurs de projets…

Sur le plateau, l’ensemble des parrains et membres du jury des Victoires des cantines rebelles, autour de l’élue parisienne qui a accueilli et ouvert la journée, Antoinette Guhl.

Ils soutiennent le film Zéro phyto 100% bio de Guillaume Bodin, sortie nationale le 31 janvier prochain : Xavier Denamur, restaurateur parisien agitateur d’idées, Édouard Chaulet, maire de Barjac, la chanteuse Émily Loizeau, Gilles Pérole et le sénateur Joël Labbé. Un film où les initiatives de cantines bio et villes sans pesticides rejoignent le combat d’Un Plus Bio 🙂

Didier Pérréol, vice-président de l’Agence bio, grand entrepreneur du bio et président de la fondation Ekibio. Son crédo : pousser les politiques à intégrer la bio dans leur vision de l’avenir.

Des débats, et aussi de l’humour, pour se détendre un peu.

François Collart-Dutilleul, chercheur en droit alimentaire et fondateur du progamme Lascaux, qui fait de la marche citoyenne vers une alimentation durable un enjeu de société crucial.

Xavier Denamur, chantre insatiable de la qualité alimentaire et de la révolution par l’assiette.

Lise Pujos, responsable nationale chez Ecocert, l’organisme partenaire d’Un Plus Bio à l’origine du label En cuisine, le premier cahier des charges d’une restauration collective bio, locale, saine et durable. Déjà plus de 700 restaurants engagés dans la démarche.

 

Leave a Reply