Manger bio®, son histoire jusqu’à aujourd’hui

La démarche « Manger Bio ® » est l’aboutissement d’une histoire, truffée de rencontres, nous vous invitons à la découvrir…

1993 : des producteurs gardois en agriculture biologique passent à l’acte…

C’est en 1993 que des producteurs adhérents au CIVAM Bio du Gard décident d’approvisionner le restaurant scolaire municipal de Vauvert (centre de loisirs Pierre François) en produits biologiques, de façon régulière.
Il s’agit alors de faire découvrir et apprécier aux jeunes convives de la restauration collective des produits biologiques de saison, cultivés et élevés dans leur département. La finalité est de donner la possibilité aux enfants, futurs « gestionnaires de la planète », de saisir l’intérêt et les enjeux que représente l’utilisation de produits respectueux des hommes et de la nature.

L’originalité de « manger Bio ® » en restauration collective tient au fait que cette découverte se fait sur la base d’actions éducatives impliquant largement des acteurs directs et indirects du temps repas : les cuisiniers, les gestionnaires, les chefs d’établissements (principaux de collèges, proviseurs de lycées…), les enseignants, les éducateurs, les producteurs et les transformateurs.

1995 : création du réseau d’accueil éducatif RACINES

Cela aboutit en 1995 à la création d’un Réseau de ruraux et d’Agriculteurs Choisissant d’Inviter à la Nature les EnfantS (RACINES), membre de la Fédération Départementale des CIVAM du Gard. Ce réseau d’agriculteurs permet de recevoir les jeunes sur leurs exploitations et de relier le contenu de l’assiette au travail du producteur, créant ainsi un rapport nouveau avec la nature, un nouvel équilibre avec le territoire.

Le logo « Manger Bio ® » est créé en 1996 et symbolise la démarche globale. La marque « manger Bio ® » est déposée à l’INPI en 1997 pour protéger le concept.

Par conséquent, « Manger Bio ® » ne se limite pas à développer l’Agriculture Biologique, c’est un concept éducatif transversal, porteur d’éthique et de développement durable.

1996 : des rencontres nationales « Manger Bio ® »

Ces premières rencontres nationales se tiennent les 24 et 25 septembre 1996 à Nîmes et couronnent plusieurs années d’expérience. Ce colloque sera le déclanchement d’un processus dépassant le seul domaine de l’Agriculture Biologique. Plus de 250 personnes viennent débattre et échanger leurs expériences avec une préoccupation commune : « se sentir responsable de la Terre ».

M. Yvon Montigné, alors agriculteur Bio à Marguerittes (Gard) et président du CIVAM Bio du Gard, introduit les rencontres avec des termes forts :

« Nous vous avons conviés à ce colloque parce que pour nous, la Terre, c’est une responsabilité heureuse, non pas à dire mais à faire exister concrètement, quotidiennement, dans une aussi banale, aussi fondamentale activité que celle de manger. L’écologie n’est pas une chose triste, la responsabilité n’est pas une chose triste. Il nous faut savourer et y prendre plaisir… Pour nous, ‘Manger Bio’, c’est entrer joyeusement dans cette responsabilité.»

1997 : une charte pour matérialiser le concept « Manger Bio ® »

Afin de délimiter les contours de leur engagement, les agriculteurs concepteurs de « manger Bio ® » ont proposé une charte éthique. Cette charte est aujourd’hui portée par Un plus Bio.

Pour faire découvrir ce concept, les acteurs s’y référant s’engagent à proposer des repas certifiés « Agriculture Biologique », de saison et de proximité en lien avec des actions impliquant les professionnels de l’éducation : enseignants, éducateurs, animateurs, etc.

Fin des années 1990 : « Manger Bio ® » fait des adeptes en France… et en Europe

Dans certaines régions, villes et départements français des collectivités territoriales et des professionnels de l’Agriculture Biologique se mobilisent, avec les CIVAM du Gard puis avec Un plus Bio pour faire découvrir leurs produits en restauration collective, s’inspirant de la démarche gardoise née en 1993.

À partir de 2000 : « Manger Bio ® » devient une démarche créatrice d’emplois…

Grâce aux démarches engagées par les agriculteurs bio, des structures visant à approvisionner la restauration collective sont créées un peu partout en France : l’association Manger Bio Isère (38), le GIE Manger Bio 49 (Maine et Loire), le GIE Manger Bio 35 (Ille et Vilaine), la SARL Manger Bio Distribution (Gard)…

De « Manger Bio ® » à Un Plus Bio

S’appuyant sur la richesse de ses partenariats nationaux et européens, les CIVAM du Gard proposent en 2002 de réunir tous les acteurs œuvrant pour une restauration collective Bio et de qualité dans une même association :  Un Plus Bio

Un plus Bio est non seulement créée pour donner plus d’échos aux démarches en restauration collective biologique mais aussi aux élus et chargés de mission des collectivités territoriales, aux professionnels de restauration collective, aux convives, aux parents, aux professionnels et experts des domaines de l’éducation, de l’alimentation, de la santé, de l’environnement et du développement durable…

Un plus Bio tisse alors des partenariats avec les collectivités territoriales et les associations agricoles, rurales, de parents d’élèves dans toute la France.

2005 à 2007 : Le programme «Améliorons ensemble la qualité de notre alimentation»

Le programme national «Améliorons ensemble la qualité de notre alimentation» mené en partenariat avec le Ministère de l’Agriculture, les régions PACA, Languedoc-Roussillon et Rhône-Alpes, les Conseil généraux de l’Isère et du Gard, a été coordonné par Un plus Bio d’octobre 2005 à octobre 2007.
Il avait pour objectif d’aider les représentants du monde agricole et rural ainsi que les élus, décideurs et usagers de la restauration collective à initier et améliorer la qualité de l’alimentation tout particulièrement par l’utilisation de produits biologiques.

Son point fort… Il a été conduit avec des partenaires universitaires et de la recherche : l’Université de Nîmes et l’Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier (CIHEAM – IAMM).
Son comité de pilotage a associé des experts scientifiques et techniques issus du monde de l’alimentation, de l’agronomie et de l’agriculture.

Ce programme a permis de mieux comprendre les atouts et faiblesses des démarches de qualité en restauration collective, de prendre en compte les représentations de la qualité chez différents acteurs associés à la restauration collective – convives, gestionnaires, cuisiniers, élus, puis de proposer des outils et pistes de réflexion pour améliorer les démarches.

Afin de restituer et de partager les résultats de cette recherche action, Un plus bio et ses partenaires ont proposé un colloque intitulé « Améliorons ensemble la qualité de notre alimentation » le 16 octobre 2007 sur le site du Pont du Gard.

La restitution de cette journée et les témoignages de personnes engagées dans des démarches de restauration collective de qualité sont disponibles dans un DVD.

2008 : « Nos enfants nous accuseront »

La sortie de « Nos enfants nous accuseront », film documentaire réalisé par Jean-Paul Jaud en partenariat avec Un plus bio et le Conseil Général du Gard est sans aucun doute l’évènement majeur de l’année 2008.

Ce film raconte l’histoire d’une petite ville du Gard, Barjac (1500 habitants), qui a décidé dès 2006 de s’orienter vers une restauration collective 100 % bio, en sensibilisant la population locale et en associant au maximum les acteurs du territoire : agriculteurs, cuisiniers, élus, parents, convives, commerçants… Un choix politique fort de la part de l’équipe municipale représentée par Edouard Chaulet, maire et conseiller général.

En la personne de son directeur Stéphane Veyrat, Un plus bio a été conseillère technique du film.

Si cette œuvre représente une sorte de « point d’aboutissement » pour Un plus bio, ses membres et son équipe, elle n’en est pas moins un ingrédient indispensable pour de futures démarches territoriales visant à proposer une alimentation de qualité respectueuse de l’environnement et de la santé…

2009 : Plus de bio pour nos enfants !

La rencontre « Plus de Bio pour nos enfants ! » organisée par Un plus bio en partenariat avec la Ville de Barjac, le 5 mai 2009, a été sans nul doute l’évènement majeur de l’année pour notre association.

Cette rencontre a associé plus de 200 personnes issue de différents horizons et agissant pour favoriser l’introduction régulière de produits biologiques en restauration collective : élus, gestionnaires, cuisiniers, associations citoyennes et de parents d’élèves, agriculteurs, professionnels de santé…

Lire le compte-rendu journée de Barjac

Elle fût l’occasion pour les participants de partager 4 expériences de restauration collective bio : Vauvert et la Communauté de Communes Petite Camargue (Gard), Ville de Salon de Provence (Bouches du Rhône), le Conseil Général du Gard, et Ville de Barjac (Gard).

Dans un contexte porteur (Grenelle de l’Environnement, directive ministérielle sur l’exemplarité de l’Etat en matière de restauration collective bio), cette rencontre traduit la prise en compte de l’enjeu « alimentation » par la société, et son lien avec les thématiques « environnement » et « santé »…

De 2009 à 2013 : Construction de partenariats forts

Tout naturellement portée par cette dynamique, Un Plus Bio poursuit et renforce ses partenariats territoriaux pour accompagner les décideurs et acteurs de terrain vers une restauration collective bio, équilibrée, de saison et le plus possible de proximité.

C’est notamment le cas avec le CNFPT Languedoc-Roussillon qui propose une formation « Le Bio en restauration collective » qui connaît un fort succès.

Un Plus Bio étend ses partenariats dans tout le grand sud de la France et conduit des actions auprès de Régions (Languedoc-Roussillon, PACA, Rhône-Alpes), de Départements (Gard, Isère, Gironde, Pyrénées Atlantiques), de Communes (Lambesc, Le Vigan, Quissac, Valleraugue, …) et Communautés de Communes, d’associations…

En 2013 : Naissance du « Club des Territoires Un Plus Bio »

Lors de l’Assemblée Générale d’Un Plus Bio du 21 mai 2013.

Leave a Reply