Quand McDonald’s veut investir l’île d’Oléron, un village résiste

Le maire de Dolus d’Oléron, Grégory Gendre.

Grégory Gendre, maire de Dolus d’Oléron, commune membre du Club des Territoires Un Plus Bio, s’est vu débouter par le tribunal administratif de son refus d’accorder un permis de construire au géant américain de la restauration rapide. Il avait jusqu’au 21 octobre pour donner officiellement le feu vert, sous peine d’une amende de 300 € par jour. Les élus ont décidé de résister, mis au pot commun leurs indemnités pour régler le premier mois et appellent à la mobilisation.

Dolus d’Oléron, ses étendues sauvages, ses ostréiculteurs, ses plages et sa cantine de plus en plus bio et locale. Presque 3 300 habitants et une vie plutôt paisible, du moins hors saison. Car avec 180 000 visiteurs par an, au plus fort de l’été, le village et l’île d’Oléron sont aussi un grand marché qui aiguise l’intérêt et l’appétit des investisseurs. L’enseigne de fast-food McDonald’s, par exemple, a jeté son dévolu sur ce territoire insulaire de Charente-Maritime. Ou du moins essaie, car ce n’est pas toujours simple pour elle et voilà déjà trois ans que s’est engagée une lutte juridique et administrative contre la commune de Dolus.

McDo indésirable sur l’île (la chaîne est déjà présente à quelques encablures, Marennes-Oléron) ? En considérant le premier plan du tableau local, c’est une partie technique subtile qui oppose le maire au géant américain. Sous-dimensionnement présumé du stationnement, risque d’encombrement de la circulation aux heures fastes… « On reste dans le droit de l’urbanisme, les surfaces de planchers, les considérations purement techniques et à cet égard, ce projet nous semble présenter des risques qui nous conduisent à refuser le droit de construire ce qui serait par ailleurs le premier McDo sur une île de la côte atlantique », explique Grégory Gendre. Une position de nouveau défendue devant le tribunal administratif où la commune était attaquée par l’enseigne de restauration et le propriétaire du terrain, lequel, de son côté, aimerait bien faire aboutir sa vente. Mais cette position a été rejetée le 21 septembre dernier, lorsque le juge a enjoint l’ordre à la commune de bien vouloir délivrer un permis en bonne et due forme à McDonald’s d’ici au 21 octobre, sous peine d’avoir à payer une astreinte de 300 € par jour, en plus des 2 000 € de dommages-intérêts déjà notifiés.

Agriculture et alimentation durables contre restauration au rabais ?

Il faut donc regarder le second plan pour mieux comprendre de quelle lutte relève l’opposition entre les parties. Issue des urnes en 2014 avec la ferme volonté de pratiquer une politique durable aussi bien en terme de tourisme que de préservation des espaces naturels et agricoles, la majorité municipale défend la vision d’un développement alimentaire territorial cohérent, dans le cadre d’une transition énergétique, écologique et sociale globale. La restauration scolaire est une des traductions pratiques de cette démarche. Avec près de 40% d’achats consacrés en 2016-2017 aux produits bio servis dans le cadre de quelque 30 000 repas annuels, Dolus vient d’obtenir le niveau 2 de la labellisation « En cuisine » conduite par l’organisme Ecocert. « Nous sommes particulièrement fiers de ce résultat car il concrétise une véritable démarche collective et collaborative associant le personnel de cantine, le personnel administratif, les producteurs locaux, la plate-forme Mangeons bio, le réseau Un Plus Bio, les parents d’élèves et bien entendu les enfants », confie le maire. Donner du sens au développement territorial, voilà le cap municipal. L’idée de voir surgir l’antenne d’une enseigne régulièrement associée à l’image de la malbouffe est ainsi prise très au sérieux par les élus, soutenus dans leurs positions par plusieurs associations locales, et malgré une opposition et quelques habitants qui jugent la querelle stérile ou dépassée.

Pour sortir de l’impasse ou poursuivre la lutte, une réflexion était en cours avant le 21 octobre. Depuis, le maire de Dolus est passé à l’action et a choisi de faire appel -non suspensif- de la décision de justice près la cour d’appel de Bordeaux. Il a réuni son conseil municipal qui a pris la décision de continuer à refuser le permis de construire. Les élus de la majorité ont même mis au pot commun leur prochain mois d’indemnités pour régler les 9 000 € d’amende. Ils mobilisent la population pour une fête de soutien le 28 octobre. Lanceront-ils alors l’idée d’une souscription ? L’affaire « McDolus » n’est pas terminée !

20 comments to Quand McDonald’s veut investir l’île d’Oléron, un village résiste

  • Paul Buret

    Félicitations Monsieur le Maire de Dolus.

    Il y en a marre de cette invasion d’anglicisme à chaque enseigne commerciale et bien sûr cette malbouffe qui détruit la santé de notre jeune génération.

    Tenez bon Monsieur le Maire et votre Conseil Municipal.

    Que votre démarche soit connue dans la France entière et ailleurs.

  • Christine Darodes

    ce projet est immangeable !!! je soutiens Grégory et son équipe, fière d’être dolusienne, non Monsieur MacDo , nous n’avons aucune envie de vous voir ici.

  • FERRAND MONIQUE

    Ce projet de mal bouffe n’est pas compatible sur une Ile comme Oléron où il y a beaucoup mieux à faire!! et en plus c’est tellement moche dans le paysage de l’ Ile qui je crois doit être protégée!!! Alors que l’on m’explique comment un Tribunal peut trancher dans une décision aussi lugubre sans que personne de ces décideurs soient venus sur place pour voir et entendre la population? Il est facile de décider d’un bureau Messieurs et Mesdames a quelques centaines de kilomètres de cette Ile. Alors que nous on nous impose des interdictions de constructions en Aluminium, des volets en PVC etc… et vous M. DO tout vous sera autoriser! Si cela n’est pas du favoritisme et bien il faut m’expliquer. Et dans l’attente d’une réponse? Merci

  • Lesser

    Mr le Maire
    Je vous rappelle quelques arguments contre l implantation d un Mc Do
    -Oleron est classee depuis avril 2011!
    -presence en limite du projet d une unite de dialyse entrainant des contraintes d acces aux secours pour des urgences
    -jurisprudence de la Cdc de Ré sur l interdiction definitive de Mcdo
    -utilisation du principe de precaution sur l impact environnemental des emballages liés au take away de l enseigne sur les sites remarquables, dunes, plages etc
    -se rapprocher de la SPPio
    Ce ne sont que quelques idees pour alimenter votre decision
    Cordialement

  • Christian PARROT

    Non au Mac DO
    Soutien au maire de Dolus et à son équipe
    Sur chaque panneau à l’entrée de la commune, il est mentionné:
    COMMUNE HORS TAFTA
    Cela ne leur suffit pas ?!
    Christian PARROT, Dolus d’Oléron

  • MARREC

    Non au Mac Do,
    Bravo au maire, non a la malbouffe.
    Résistez.

  • Soutien inconditionnel à Grégory Gendre pour son courage et la détermination à défendre un autre modèle d’alimentation. Tres Belle initiative qui mérite tout le soutien des français et françaises.

  • Michel

    Bravo, Monsieur le Maire, et courage à vous!

  • Ferid Bannour

    Total soutien aux oléronnais
    Mc Do n’a pas sa place sur l’ile

  • Hénault Annick

    Je soutien Monsieur le Maire de Dolus .
    Apprenons à nos enfants à bien se nourrir !
    Soyons exigeants pour leur santé et la nôtre .
    L’île d’Oleron y perdrait en charme et en authenticité .
    Bon Courage DOLUS !!!

  • Nicolas Senaque

    Que de silence de la part des médias sur une affaire où se cachent injustice et manipulations.
    Bravo aux élus auxquels j’apporte tout mon soutien.
    Si le Mac do ouvrait (nous sommes dans un monde où règne le profit des grands groupes contre toute logique de santé publique et de préservation des ressources naturelles) alors il suffirait que les locaux et les touristes n’y aillent pas et il fermerait aussitôt. Mais bon, les touristes…
    Que c’est beau de voir quelques esprits éveillés dans ce monde d’hypnotisés.
    Bon courage Mr le maire et Mrs les élus, à mon avis vous avez déjà gagné la bataille de la vérité.

  • bruisseauvage

    voila un déséquilibre qui est en place et va s’accentuant au fil du temps … aujourd’hui les lois sont principalement formulées que dans l’intérêt de l entreprise ….je soutiens le combat, la conscience de personnes qui localement, décident collectivement de préserver un environnement basé sur une approche locale et responsable … mesdames messieurs grands et petits quand dans vos villes et campagnes vous décidez de vous faire plaisir, manger un excellent hamburger chercher et trouver le petit resto qui vous régalera avec souvent en prime des frites maison …

  • Marie de Thoisy

    Bravo, continuez ! Esperons que d’autres prendront exemple sur vous…

  • Touet Sophie

    bravo, defendez vos convictions c’est aussi la notre
    halte à cette alimentation qui engendre une MAUVAISE SANTE

  • Sylvie Raviat

    Soutien inconditionnel à l équipe politique de dolud de la part d une touriste depuis 50 ans
    Sylvie Raviat Owen

  • Flavie

    On lache rien à Oleron. bravo. Soutien à votre démarche. Des campeurs des saumonards et amoureux de votre île

  • Renaud

    Tout le monde se plaint de l’arrivée du MC Do sur l’île!!??
    Ces mêmes personnes se questionnent-elles quand elles vont faire leurs courses à Lidl ? Ou qu’elles vont manger dans des restaurants dits traditionnels qui sont infâmes et ne respectent pas les normes d’hygiène ? Combien de fois nettoyez vous votre frigo dans l’année ?
    Les mêmes personnes qui sautent sur les dunes, retournent les pierres pour pêcher des crabes ou des coquillages pas à la maille, mettent du roundup sur leurs mauvaises herbes dans leur jardin?
    J’habite Dolus, ma famille est oleronnaise depuis des décennies mais j’avoue que tant de mauvaise foi me stupéfait.
    La mal bouffe c’est 14 repas par semaine !

  • bougeant paul

    De PB à Gens d’Oléron ! ce 01/11/2017
    Au motif d’une politique qui a choisi le bio et le local …Au motif d’une préservation des terres agricoles Au motif de préserver l’environnement Toutes ces raisons légitiment votre démarche.
    Par ailleurs et personnellement nous aimons cette île car elle promeut la nature et préserve un tourisme familial et une tradition paysanne ,des produits de qualité .Ne gâchons pas tout ça pour satisfaire les tenants d’un modèle agro-industriel Interrogeons aussi nos habitudes pas forcément en accord avec nos convictions Mais créons le débat! Avançons dans la transition climatique et énergétique pour le bien commun.

    Dolus !
    Résistez et s’il le faut on viendra vous soutenir car nous avons déjà l’expérience des zones à défendre et la conviction d’une restauration scolaire bio et locale et pensons que les actions citoyennes sont porteur du changement sociétal

  • Berthier

    avec vous : courage

  • anne

    Pourquoi ne pas proposer au propriétaire de lui racheter son terrain et dans faire une exploitation bio communale?

Leave a Reply