Michel Bras : « Développer la qualité alimentaire, c’est se donner les moyens »

Fondateur du restaurant Le Suquet, triplement étoilé depuis près de vingt ans, le chef aveyronnais Michel Bras a été associé au Nantes Food Forum la semaine dernière, pour une prestation remarquée qui nous invite à reconsidérer en profondeur la notion de qualité alimentaire. Confessions avisées d’un voyageur insatiable et grand contemplatif amoureux de l’Aubrac, «ce désert vert qui permet d’accéder à l’universel ».
michel-bras-3

Michel Bras : « Tout ce qui touche à l’alimentation me touche personnellement. »

Vous avez participé au Nantes Food Forum où vous avez préparé un repas pour 240 personnes au côté du cuisinier Xavier Hamon. Quel était le menu ?

J’ai répondu à l’invitation de Pierre Hivernat, co-organisateur de l’événement, et j’ai d’abord profité de ma venue pour rencontrer, la veille, des éleveurs de races bovines qui étaient en voie de perdition (ici la vidéo). Des hommes de qualité qui défendent leur territoire et me font penser à un autre personnage qui nous est cher en Aveyron, André Valadier, lequel avait redonné ses lettres de noblesses à la race Aubrac, dans les années 1970… Le lendemain, j’ai donc pris en charge le plat principal inscrit au menu, en l’occurrence du veau issu de cette race nantaise, que j’ai essayé de « glorifier » à ma façon. Les morceaux cuisinés, c’était du globe, du quasi, de la noix, je les ai traités avec un vrai jus, sur le thème que nous avions retenu, « les anisés ». Pourquoi ? Parce que pour moi, la pâture au printemps regorge de ces saveurs anisées. J’ai donc travaillé le veau avec un bouquet d’herbes fraîches dont l’agastache, l’estragon du Mexique, sur un jus perlé avec une huile de sauge, et j’ai mis des carottes qui, à peine sorties de terre, dégagent aussi ces arômes de fraîcheur d’anis. Cuites longuement au four, je leur ai ajouté un peu de carottes crues râpées qui rappellent les parfums du jardin.

Vous vous prêtez toujours de bon cœur à ce type de manifestation autour du bien manger ?

Oui, tout ce qui touche à l’alimentation me touche personnellement, d’autant plus quand c’est dans le sillage du mouvement Slow Food dont je connais bien le fondateur Carlo Petrini. J’ai fait plusieurs fois des opérations à Pollenzo, en Italie, le siège du mouvement… Ce type de forum pour une autre alimentation est rare en France, je n’en connais pas de similaire. Certes, il y a le salon de l’agriculture, mais les quelques petites tables rondes sont noyées dans le reste, et la réflexion de fond n’émerge pas vraiment.

À propos d’une autre alimentation, vous pensez que notre paysage alimentaire est en train d’évoluer favorablement ?

Oui, j’en suis plus que persuadé. Il y a une sensibilité de plus en plus forte, qui puise ses origines dans les différents scandales alimentaires que nous avons connus. Et je ne pense pas qu’au minerai de cheval dans les lasagnes de bœuf, des affaires autour de Monsanto… Nous sommes nombreux à constater un réel engouement populaire pour la bonne cuisine. Après, c’est une histoire de moyens. J’aimerais qu’on vulgarise mieux la notion de qualité en alimentation, car l’accès à une nourriture plus saine, mieux maîtrisée en terme de cultures, cela a un coût. Je pense aux producteurs d’un côté, mais je pense aussi aux convives à l’autre bout. Ce n’est pas facile. Regardez les problèmes dans les cantines, voilà bien un secteur qui ne dispose pas suffisamment de moyens.

« Tous les politiques ne sont pas mauvais, mais ils ont des impératifs électoraux qui semblent passer bien avant la bonne alimentation des enfants. »

Associer restauration collective et qualité alimentaire vous paraît improbable ?

Je dirais que ça dépend des municipalités et du sens qu’elles donnent -ou pas- à leurs cantines et au respect de leurs enfants. Je vais vous évoquer le problème du territoire. Un jour, j’ai été impliqué par la ville de Rodez dans la restauration scolaire, il y a cinq ou six ans. On avait évoqué tous ces sujets de qualité et les problématiques quotidiennes. Dans cette région, il existe des producteurs de pommes de terre, du côté de Rieupeyroux, dans le Ségala. À un moment j’ai posé la question de savoir pourquoi ils n’envisagent pas de se fournir auprès d’eux pour faire les frites de la cantine. On m’a alors répondu : « Oui mais qui va nous les éplucher ? » Voilà, tout est dit. À l’époque j’ai interpellé le maire ou son adjoint pour lui demander comment changer ces pratiques. Mais c’est encore la question récurrente des moyens qui m’a été objectée… Bien des collectivités locales veulent développer la qualité, mais elles ne s’en donnent pas les moyens. Globalement, tous les politiques ne sont pas mauvais, mais ils ont des impératifs électoraux qui semblent passer bien avant la bonne alimentation des enfants.

Vous avez un jardin attenant à votre restaurant, est-il certifié bio ?

Est-ce qu’il est bio, je ne sais pas, en tout cas je laisse faire la nature et le bons sens et je n’ajoute absolument rien. Le potager occupe deux jardiniers à plein temps, on cultive surtout des aromatiques -une centaine, issue de tous les pays du monde-, et des plantes que j’ai du mal à trouver ailleurs, je pense à l’oca du Pérou, à la celtuce de Chine « hors marché ». Tous les matins, de 6 h à 8 h, on fait la cueillette avec ma brigade. J’arrive le premier, je ne suis pas un grand dormeur et j’aime bien être seul, le matin, ça permet de refaire le monde à sa façon, d’écouter les oiseaux, d’entendre le vent s’il y en a. Les jardiniers et les cuisiniers arrivent à 7 h, on boit le café ensemble. En tout la cueillette représente huit à dix heures de travail. De plein champ ou sous quelques serres, la récolte va de l’Amérique du Sud au Japon, il y a du papalo, de l’epazote, du sicho, du sansho, du poivre de Sichuan… Avec mon épouse, on est de grands voyageurs et chaque fois qu’on s’en va, on ramène des plants, comme l’an dernier ce poivre très parfumé du Mexique qu’on a multiplié et qu’on devrait pouvoir récolter cette année.

michel bras 2

Avec son fils Sébastien (à gauche), qui a repris le flambeau du Suquet.

Mêler le terroir à des produits venus des antipodes n’est-il pas contradictoire ?

Pas du tout, et en ce qui me concerne je ne me cantonne pas à la vision passéiste de la paille dans les sabots. Mon pays, l’Aubrac, est un désert vert qui permet d’accéder à l’universel. Ma vision est celle d’un contemplatif. Par exemple si je fais référence à l’architecture de mon pays, je retrouve des similitudes avec les paysages andins, je compare nos types de clôture à celles que j’ai vues dans le Kérala, en Inde… J’aime plus que tout considérer l’universalité du produit. Prenons l’exemple du lait. Voilà un aliment qui ne représente pas grand chose, mais suivant les territoires on arrive à l’exprimer de manières totalement différentes. Sur l’Aubrac, au-delà des fromages, ce que j’adore, c’est la peau de lait, très épaisse et crémeuse. Ailleurs, suivant la richesse protéique, vous aurez de la douceur en Amérique alors qu’en Europe centrale on est plus sur du fermenté, au Rajasthan le lait est tellement riche qu’on en fait des sucreries…

Vous êtes l’un des très rares chefs à avoir érigé le végétal en cuisine. Manger moins de viande, c’est important ?

J’ai créé le premier menu intégralement végétal en 1978, rendez-vous compte ! À l’époque, je suis vraiment passé, dans ce pays voué au chou farci, à la tripe et à la protéine animale, pour un renégat. Mon intérêt pour le végétal remonte à belle lurette. J’aime le contact avec la nature et c’est un rapport assez intime que j’ai avec cet univers-là. Un peu comme Lamartine qui disait : « La nature est là qui t’invite et qui t’aime. » Aujourd’hui le menu légumes est toujours à la carte du restaurant, mais il n’est commandé que par 10% des clients. Je pense que cela est dû au fait qu’en venant sur l’Aubrac, les gens trouvent de beaux paysages et voient de beaux troupeaux, ça les invite peut-être à vouloir consommer de la viande, ce qui n’est pas forcément mon cas. Avec mon épouse, on ne mange que des légumes en semaine et le dimanche, on se fait un plat de frites avec un bel onglet. Et c’est un bonheur, parce que la viande est aussi rare que bonne.

De nombreux confrères rechignent encore à faire des légumes les ambassadeurs de la gastronomie. Il y a une résistance de la corporation.

Pourtant ils ont tort, car je vous promets que l’expression qu’on peut avoir autour d’un légume est bien supérieure à celle que peut apporter une protéine animale.

« Dans les Ehpad, déjouer les préparations mixées qui sont le quotidien des personnes âgées dégoûtées de se nourrir. »

Quels sont vos autres projets ?
Depuis deux ans je suis engagé au côté d’un grand groupe agroalimentaire -Sodexo- sur la dénutrition des personnes âgées en Ehpad. Le but est d’essayer de déjouer les préparations mixées qui sont leur quotidien et qui finissent par les dégoûter de se nourrir. Je réintroduis le pain, le fromage, les morceaux, avec des enrobages spécifiques. Nos expériences sont conduites sur cinq établissements pilotes et trois témoins, un module de recherche a été mis en place validé par une commission d’éthique qui certifie la démarche. Et on arrive aujourd’hui à des résultats époustouflants, auxquels s’intéresseront bientôt des scientifiques.

Prêter votre nom à une entreprise de cette taille ne vous met-il pas en porte-à-faux ?

Sodexo est une grande multinationale présente partout, qui génère c’est vrai une mauvaise image, mais il y a des choses qui se font, des projets en interne pas dénués de bon sens, et je crois qu’il faut éviter de mettre tout le monde dans le même sac. Moi je travaille avec des équipes très engagées, des hommes et des femmes qui ont une sensibilité à fleur de peau qui m’émeut. Et pour le coup, puisqu’on parlait de moyens, là il y en a. Enfin, je démarre un autre projet plus personnel, sur les enfants atteints de diabète de type 1 mais n’en dirai pas plus pour le moment… Voilà comment, à mon modeste niveau, j’essaie de contribuer à ce que le monde de demain soit meilleur.

Recueilli par Julien Claudel

Leave a Reply