Votre projet Manger Bio ® : comment faire ?

 cantine bio 3 en salle

Vous souhaitez contribuer à la mise en place d’une alimentation bio régulière, de saison et de proximité, pour améliorer la qualité d’un service de restauration collective ?

 

Un Plus Bio vous apporte quelques conseils pour vous aider à démarrer ou poursuivre votre projet :

 

Mobiliser, rassembler

Avant toute chose, pour bien démarrer un projet d’amélioration de la qualité en restauration collective, il est primordial de rassembler les acteurs du territoire autour de ce désir d’évolution.

– Tout projet de restauration collective d’un établissement public est précédé d’une volonté politique forte.

– Ce projet devra par ailleurs impliquer dès que possible l’ensemble de l’équipe de restauration.

– Enfin, les acteurs territoriaux doivent être mobilisés, en particulier les acteurs des filières agricoles et d’éducation à l’environnement et à l’alimentation.

Pour vous aider à comprendre les enjeux d’une restauration collective de qualité nous vous proposons de visionner quelques témoignages vidéos de personnes ayant décidé de s’impliquer.

Afin de vous inspirer des initiatives menées par d’autres collectivités, nous mettons plusieurs articles et comptes-rendus à votre disposition :

Compte-rendu de la rencontre « Municipalités » à Vauvert

Compte-rendu de la rencontre « Plus de bio pour nos enfants » à Barjac

 

Construire le projet

– Recueillir toutes les informations et données sur le site de restauration

(personnel, achats, coût repas / denrées, part de produits bio / locaux / frais / saisonniers)

Identifier l’offre disponible sur le territoire en contactant les partenaires agricoles

(Vous pourrez notamment trouver les adresses des animateurs départementaux « restauration collective » de votre département sur le site de l’Agence Bio)

– Définir des objectifs pour faire évoluer le service de restauration

a) sur l’approvisionnement : Pourcentage de bio, local, produits frais et saisonniers, diversité

b) sur l’organisation de la cuisine : Cuisine sur place ou livrée, autogérée ou concédée, ajustement des tâches en cuisine, investissements matériel

c) sur le lien et la communication autour du repas auprès des convives

 

Sensibiliser et valoriser

Tout projet d’amélioration de la qualité en restauration collective doit s’accompagner d’une démarche éducative.

La communication auprès des convives est essentielle, auprès des parents elle est également importante.

Si vous souhaitez partager et faire connaître votre démarche, n’hésitez pas à nous contacter, nous nous ferons un plaisir de la relayer sur notre site.

 

Outils

Pour vous accompagner, Un Plus Bio vous propose des formations pour accompagner agents des collectivités et équipes de restauration et une documentation thématique.

 

Pour aller plus loin…

Si vous êtes intéressés pour faire partie d’un réseau d’échange de pratiques et porter au niveau national l’enjeu de la qualité alimentaire en restauration collective, rejoignez le Club des Territoires Un Plus Bio.

Si vous souhaitez bénéficier d’un accompagnement personnalisé sur votre projet, nous vous invitons à prendre contact  avec nous.

2 comments to Votre projet Manger Bio ® : comment faire ?

  • marie

    Bjr, parent, je souhaite que le lycée de ma fille passe en bio. apres rencontre du chef cuisto, le pb principal est le prix du bio ( ex : cuisse de poulet achetées à moins de 3 e en conventionnel !!!!). Que faire ?
    Merci

    • Unplusbio

      En effet, le coût représente le premier frein énoncé par les gestionnaires et cuisiniers des établissements à l’introduction du Bio dans les restaurants scolaires.
      Le défi pour ces professionnels consiste à maintenir un certain prix accessible à tous, malgré l’introduction de produits plus qualitatifs.
      Notre association œuvre au dépassement de ces freins à travers la sensibilisation, l’échange et la formation des restaurateurs, permettant de leur donner des outils et astuces pour réussir la double équation du qualitatif à un prix optimal.
      La réduction du gaspillage (qui s’élève à 150 g par assiette en moyenne dans la restauration collective) et l’adaptation des menus sont deux des principaux leviers que nous défendons.
      Le respect des grammages en particulier sur les viandes, l’adaptation des portions selon l’âge et la faim du convive, le retour au pain tranché ou à de plus petites portions de pain (première denrée jetée), ou encore la composition de recettes alternatives privilégiant légumes de saison et céréales anciennes… Il existe de nombreuses astuces et nous en apprenons chaque jour de nouvelles aux contact des cuisiniers…

Leave a Reply