Nîmes, première étape dynamique du Tour de France des cantines rebelles

Le plein de débats, de visites, d’échanges et de présentations de projets. Pas de doute, le public qui s’est rendu nombreux les 24 et 25 avril à l’assemblée générale et à la première étape du Tour de France 2017 d’Un Plus Bio a pris la mesure des évolutions qui accompagnent plus que jamais la restauration collective de qualité. Venus de Rhône-Alpes-Auvergne, d’Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, de Bourgogne-France-Comté, d’Occitanie, les experts de l’alimentation bio et locale ont été reçus avec enthousiasme par le Département du Gard (plus de 20% de bio et de local dans les 53 collèges qu’il gère) et  Cathy Chaulet, la vice-présidente déléguée au développement du bio et des circuits courts. Le Gard est un des fidèles adhérents et fondateurs du Club des Territoires. La Ville de Nîmes (plus de 30 % de bio et local en délégation) était également représentée par l’élue à l’enseignement scolaire Valérie Rouverand qui a confirmé l’adhésion de la capitale gardoise au réseau. Retour en photos sur ces deux journées événements.

ag upb nîmes 1

Grande affluence à l’assemblée générale où on présente des rapports, des comptes mais pas seulement. C’est là que se rencontrent les membres venus de loin pour lier connaissance et avancer dans les débats. Le Département du Gard a prêté la salle du magnifique hôtel Mouret pour l’occasion.

 

ag upb nîmes 2

Cathy Chaulet, vice-présidente du Département chargée du développement du bio et des circuits courts, et Gilles Pérole.

 

ag upb nimes 3

La visite amicale du président du Conseil départemental du Gard, Denis Bouad (à gauche).

ag upb nimes 4

Le charme d’un lieu solennel au coeur de la ville pour le partage d’un verre de l’amitié.

 

Jean-Paul Capitani et Françoise Nyssen, fondateurs des éditions Actes Sud, ont présenté l’école Domaine du possible qu’ils ont créée à côté d’Arles, en Camargue. Où la cantine est 100% bio.

ag upb nîmes 10

La participation active et motivée de Dominique Granier (à g.), président de la Chambre d’agriculture du Gard. Pour lui, le bio et les circuits courts constituent une priorité de développement pour les territoires. C’est l’un des rares élus de chambre à être aussi engagés en France.

ag upb nimes 7

Après l’AG, l’étape du Tour de France fait une halte à l’UCL (unité de conditionnement de légumes, al plus grande la région Occitanie) de Nîmes : plus de 100 tonnes de légumes livrés en vrac de la région et au-delà, traités et conditionnés pour être ensuite envoyés aux équipes de cuisines autonomes d’une vingtaine de collèges. Le bio local monte en gamme.

 

ag upb nîmes 8

Le témoignage de la ville de Villeneuve-les-Avignon (30), engagée dans une restauration collective bio et locale avec un maraîcher qui planifie en partie ses cultures directement pour la cuisine.

 

ag upb nimes 9

Franck Meymerit, directeur du Civam Bio Béarn, évoque la création d’une couveuse agricole en Pyrénées-Atlantiques, la SAS Graines.

ag upb nîmes 6

Christophe Corbière, chef de projet alimentation et circuits courts au Département de l’Isère, où la démarche de manger bio et locale est inscrite depuis plusieurs années au sein des collèges.

Leave a Reply

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.