Quand tu préfères le Noël de la cantine !

Tous nos articles
16 décembre 2020
En bref

On l’avait déjà démontré dans notre livre de recettes “Je veux manger comme à la cantine bio !”, paru chez Terre Vivante : il est désormais possible de mieux manger en restauration collective qu’à la maison !

La preuve avec ces idées piochées dans quelques menus de fête issus des membres de notre réseau, qui mettent les bouchées doubles et font chanter la cuisine rien que pour la nouvelle génération.

Le repas de Noël à Briançon, en 2019. C'était avant... la crise !

Que diriez-vous d’un pain de poisson et mayo “mama” en entrée à la Couronne, une commune de Charente ? L’originalité se trouve dans la mayonnaise elle-même, montée à base de haricots blancs. Oui, cette approche végan-compatible peut donner des résultats étonnants. Il suffit de mixer finement des haricots blancs cuits, avec de la moutarde, un peu de vinaigre, quelques cuillères à soupe d’huile (olive ou colza), sel, poivre. Une variante consiste à intégrer une échalote et pourquoi pas des herbes aromatiques.

———————————-

Autre originalité, le sauté de boeuf au pain d’épices, proposé à plusieurs milliers d’élèves de Dijon (21). Cette recette avait été sélectionnée dans notre livre “Je veux manger comme à la cantine bio !”, alors accompagnée d’un flan de potiron. Le pain d’épices ne s’y trouve pas à l’état de condiment, il s’impose sans vergogne dans une préparation sucrée-salée inattendue, pas de doute Dijon joue l’originalité, le goût et la découverte.

La recette pour huit personnes :

———————————

À Manduel, dans le Gard, le chef Lionel et son équipe ont choisi de faire dans la gastronomie pour épater des enfants peu habitués à cette recette de terrine marbrée de saint-jacques et langoustines. Un mariage de produits de la mer qui ne contredit pas la saisonnalité (la coquille saint-jacques relève d’une pêche très encadrée qui démarre le 1er octobre et ne dure pas plus de sept mois) et apporte des nutriments précieux. C’est aussi une manière de recevoir les convives au restaurant (même scolaire), et non à la cantine !

Une terrine maison réalisée par une équipe qui s’épanouit en toute autonomie dans sa cuisine.

Partager l'article